Accueil Espace Défis hip hop graffiti artAccueil Espace Défis hip hop art graffiti Contacter l'association Espace Défis ateliers stages événementielContact événementiel cultures urbaines stages et ateliers Espace liens professionnels cultures urbaines hiphop art graffitiEspace liens professionnels cultures urbaines Graffiti copyright droits d'auteurs photos musiqueCopyright droits d'auteurs photos graffiti musique Bonus télécharger imprimer des photos des alphabets graffitiBonus télécharger imprimer alphabet graffiti photos et plus Galerie exposition d'artistes graffiti art contemporainGalerie artistes exposition graffiti calligraphie art contemporain Livre d'or expositions ateliers graffiti stages formationLivre d'or expositions ateliers graffiti et stages de formation Annuaire et liens rap graffe danse hip hop dj beat box double dutchAnnuaire sites et liens rap graffe danse hip hop dj ... Espace membres hip-hop artEspace membres hip hop art graffiti b-boys b-girls Plan du site Espace Défis hiphop artPlan du site

Plus de Hip Hop, plus de culture ! Exposition cultures urbaines - Atelier graffiti calligraphie art contemporain - Stage de formation - Alphabet graffiti ...

Association Espace Défis
The news beats

image

THE NEWS BEATS

Auteur : S H. Fernando Jr.
Editions : Kargo & l'Eclat
Nombre de pages : 352
Commentaire : Claudie

Cet excellent livre de S. H. Fernando Jr. nous raconte l'épopée "des nouveaux rythmes", le rap, dans le contexte de sa naissance aux Etats-Unis. Ecrit en plusieurs chapîtres avec des titres évocateurs comme "Le retour de Boogie Down", "House of Jam" ou "Notes de l'Underground" entre autres. Il décrit l'histoire de cette culture de rue et du hip-hop à ses débuts dans le Boogie Down (Sud Bronx), avec des interviews mémorables des pionniers du genre : Kool Herc, Afrika Bambaataa, KRS-ONE, Jazzy Jay ... qui parlent de leur vécu, histoires personnelles et réflexions sur le sujet.
Ce livre nous emmène aux racines du rap, de l’Afrique à la JamaÏque, des DJ dancehall, au reggae, au raggamuffin et ses rude boys qui vont être une composante culturelle et musicale importante pour le rap où le langage et les sons rythment de manière ancestrale la culture noire.
Il fait référence aux inspirations musicales issues de la créativité afro-américaine, comme le blues, le gospel, le jazz , jusqu’au funk “cette pure sensation”, avec le mythique James Brown, George Clinton ou Parliaments, cette musique rebelle des années 60 qui a été très largement utilisée dans les sons hip-hop avec les samples.
Il parle de toutes ces influences qui ont permis de rassembler tous les peuples de toute origines, mais surtout les jeunes du ghetto qui s’expriment et chantent leur vie, leur détresse et leur façon de vivre, “y compris à propos des armes” qui font partie de leur quotidien, à la façon du “Gangsta rap”, courant musical de la côte ouest des Etats-Unis largement dominant dans le rap avec les NWA (Niggers With Attitude) de Los Angelès, pionniers du gangsta rap américain ; montrant la fascination qu’ont les jeunes rappeurs pour le gangsta, le sexe et la violence (tout comme la société en général, du reste !), entretenue fortement par le cinéma, les médias et les conditions de vie dans les quartiers pauvres, avec en toile de fond les dégats humains causés par le commerce du crack, le sida, les guerres de gang et le proxénétisme !
Les MC au féminin ont aussi la parole avec “Yo-Yo” qui parle de sa démarche artistique et de la perspective offerte par ce milieu pourtant si dominé par “l’homme”.
Il évoque le “toasting” et les célèbres toastings des prisons des “hustlers” (lascars, bandits), qui ont préfiguré le gangsta rap et façonné aussi la culture du ghetto, les “dirty dozens” (pratique des battles hip-hop), puis la renaissance d’une nation noire, les différents mouvements pour les droits civiques “le black power”, de Malcolm X et l’influence de la “Nation of Islam”, à James Brown comme modèle de réussite, aux rappeurs exprimant ouvertement leur africanité comme les “Jungle Brothers” en 1989, à la révolte du peuple noir et aux événements de Los Angelès en 1992 dûs aux injustices du procès Rodney King principalement, qui ont mis en lumière une fois de plus les différences de traitement des noirs face aux blancs !
Ice Cube parle de sa rage d’exprimer face au lourd fardeau que porte la communauté noire depuis si longtemps ! et des générations de rebelles sont citées, allant des précurseurs du rap comme les Last Poets, à Chuck D. de Public Enemy qui ont laissé un souvenir impérissable, de KRS-ONE, rappeur conscient à la philosophie unique, en passant par Ice T, rappeur et acteur de cinéma.
L’auteur nous parle des producteurs légendaires qui ont joué un grand rôle dans l’évolution de la culture hip-hop, Russel Simmons et Rick Rubin, qui créèrent le célèbre label “Def Jam” qui a produit de grands artistes comme Kurtis Blow, Grand Master Flash, Public Enemy, “Run-DMC, de la découverte du génie du rap LL Cool J ... de leur passion et aventures ... qui sont bien loin des grosses industries du disque aujourd’hui qui font carrière ! et qui laissent bien moins de place à l’initiative ; de la profusion des labels et de la guerre qu’ils se livrent, d’autres labels comme EPMD aussi, avec un autre parcours.
L’auteur nous raconte l’organisation d’une tournée "d'Hit Squad”, leur management, les forces et les faiblesses qui provoquent la dissolution, les relations de respect et d’amitié !
Le chapître “In the mix” fait la part belle aux DJ, de Bambaataa et de ceux qui suivirent, en évoquant l’arrivée de l’ère numérique, l’utilisation du sampling et les changements face à la législation, les procès et les coûts d’apurement.
Si le rap représente le prolongement d’une solide tradition de la musique noire qui remonte très loin en Afrique avec les “Griots”, qui allie aujourd’hui écriture et interprétation, le “free style, composante essentielle du rap, représenté par Chuck D., Kool Keith et tant d’autres, est défini par l’improvisation, des compositions ingénieuses où les rimes claquent et forment une poésie toujours en mouvement !
Ce livre nous parle d’un vrai phénomène de société, de l’expression artistique de la communauté noire et de leurs revendications de respect et de reconnaissance, “d’une musique avec une atmosphère, avec un message qui met dans l’ambiance, quel que soit le message !“
L’auteur termine son livre en évoquant “l’Underground”, lieu source et âme du hip-hop où se trouve la vraie créativité, qui contraste avec le rap truqué “tout public” au service de l’industrie. Quoi qu’il en soit : “old school” ou “new school” , c’est l’école du rap authentique qui est le plus important, toujours tiré de l’underground qui en fait sa force et sa crédibilité aux yeux de la rue et de la communauté, dit-il !”
Cet auteur passionné nous présente ici un livre détaillé et enrichissant où vous trouverez aussi un lexique, des textes rap traduits en français, c’est une vraie mine d’or pour qui s’intéresse à la culture rap.

Vous aussi, vous avez lu ce livre ! laissez-nous votre appréciation ...

Textes clé de cette page :
atelier graffeCréer, développer, pour transmettre l'art du graffiti ! et formationAcquérir des compétences pédagogiques à partir d'outils de la culture hip-hop ! aux cultures urbaines, stage hiphopDécouvrez la diversité des disciplines de la culture hip-hop et ses influences universelles (Universal Free Style) !, apprendre l'art de la calligraphieLa calligraphie urbaine est un brassage à l'échelle planétaire, des cultures, des manières de voir, de retranscrire et de créer !, télécharger alphabet graffitiIl est la continuité de l'histoire de l'écriture à travers les temps ! - Créations graphiques NodetCazoNous vous délivrons ici des graphismes, photos, images, qui nourrissent l'art du graffiti !. Notre nouveau site internet est en ligne ! Professionnels, le téléphone est à privilégier pour un contact immédiat, une info rapide, par notre accueil téléphonique, de 10 H à 12 H et de 14 H à 18 H au : Tél. 06 13 71 84 30 / +33 (0)4 42 55 13 20

© Asso. Espace Défis / Pubici - All Rights Reserved.